Quand les châteaux dépoussièrent leur image...



Hauts lieux culturels, nos châteaux ont vu passer autant de rois et de reines que de grands noms qui ont marqué l’histoire de France. Ils représentent un patrimoine aux prouesses architecturales qui fait notre fierté nationale. Mais aujourd’hui, les châteaux se réinventent pour attirer de nouveaux visiteurs en quête d’expériences inédites. Entre modernité et tradition, ils nous offrent un nouveau visage et font tomber les murs.


Le digital révolutionne ainsi la visite des lieux, la rendant augmentée, immersive, plus vivante et ludique que jamais (personnages en réalité virtuelle, immersion dans un pan d’architecture disparu)… L’art contemporain s’y épanouit dans un dialogue artistique surprenant entre hier et aujourd’hui… Le passé s’invite au présent au travers de reconstitutions à vivre en costumes d’époque ou de jeux d’escape game pour le plaisir des grands autant que des petits…


Qu’ils ouvrent déjà leurs murs à ces nouvelles expériences ou pas encore, les châteaux font également le choix judicieux de moderniser leur identité visuelle, vecteur de nouvelle dynamique et d’ancrage dans notre époque.


Laissez-vous embarquer pour un tour d’horizon de ce dépoussiérage au curseur plus ou moins poussé, qui reste néanmoins chaque fois cohérent pour ces lieux qui se réinventent.


© Crédit photo : Château de Blois. Découverte Histovery © Crédit photo : Château de Versailles. Exposition Jeff Koons



Chateau D'Ambroise

Moderniser un logo de château constitue une étape complexe et délicate. Il convient d’exprimer à la fois le caractère et les symboliques historiques du lieu, tout en les transposant dans un courant graphique qui appartient à l’époque actuelle. Un pari réussi haut la main pour le nouveau logo du château d’Ambroise, joyau architectural de la Renaissance, résidence des rois de France jusqu’au 19eme siècle et lieu de sépulture de Léonard de Vinci.


À l’instar d’un monogramme, le A d’Ambroise se fusionne au symbole royal de la fleur de lys pour révéler un logotype à la silhouette racée, épurée et résolument moderne. Selon le support, il s’habille d’or et s’exprime en négatif ou sur fond bleu ardoise avec la même puissance, célébrant le destin illustre qui a scellé l’histoire de ce château et de ses hôtes royaux.


© Crédits photos : Château d’Ambroise & Agence Katra.


© Crédit : Visite Histopad château d’Ambroise.

Château des ducs de Bretagne - Musée d’histoire de Nantes


Site historique le plus visité du Grand-Ouest, ce château abrite un musée à la renommée internationale qui retrace l’évolution de Nantes à travers les grands événements de l’Histoire. Jalonné de dispositifs numériques, il déploie 32 salles autour de la Traite atlantique, l’Esclavage, les Guerres Mondiales, l’Industrialisation… Plus de

1 500 objets y sont exposés. Le château, bijou d’architecture construit au 15ème siècle par François II et sa fille Anne de Bretagne, est le clou de la collection.



Pour communiquer sa double offre avec plus d’impact, la nouvelle identité du château s’appuie sur un jeu typographique noir et blanc qui traduit la dualité du lieu : un château indissociable de son musée, et inversement. Une ligne d’horizon créé le dialogue entre les deux pour une mise en lumière judicieuse de l’un ou l’autre des lieux de visite. Ce renouveau opère également une migration vers un territoire graphique qui fait une belle place aux aplats de couleurs et se réapproprie les œuvres de la collection. Un univers vivant et expressif pour un nouveau regard culturel.



Château de Montsoreau


Bâti à la confluence de la Loire et de la Vienne, ce château est à l'intersection de trois régions : l’Anjou, le Poitou et la Touraine. Il est inscrit au patrimoine de l’Unesco et a pour particularité d'être le seul château de la Loire construit dans le lit du fleuve. De style Gothique et Renaissance, son architecture avant-gardiste a toujours été une source d’inspiration pour les artistes : Alexandre Dumas l’immortalise dans ‘’La Dame de Monsoreau’’, Turner dans une aquarelle, Rabelais dans Gargantua, Rodin dans un dessin conservé au musée éponyme.


Transformé aujourd’hui en musée d’art contemporain, le château de Montsoreau a fait le choix d’un logo abstrait aux évocations multiples. Les lignes esquissées par les aplats noirs évoquent son implantation géoconfluente. Le graphisme renvoie également à l’asymétrie d’une des tours carrées du château. Enfin, l’association des trois aplats souligne son positionnement sur l’art à la façon d’une sculpture de César, et évoque un lieu ‘’puzzle’’ à la confluence de l’architecture, de l’histoire et de l’art moderne. Un logo bien pensé et résolument différenciant.





Château de Chenonceau


Avec son pont à double étage qui enjambe le Cher, Chenonceau fait partie des plus beaux châteaux de la Loire. Surnommé le ‘’château des Dames’’, son histoire est intimement liée à celle des femmes qui l’ont bâti et protégé. Édifié par Katherine Briçonnet en 1513, embellit d’un pont à 5 arches par Diane de Poitiers, agrandit par la double galerie d’étage par Catherine de Médicis, il fut sauvegardé par Louise Dupin, femme des lumières, lors de la Révolution française. Elle en fit un salon littéraire prisé et y écrivit avec Rousseau le Code des droits de la femme.



En 2015, le château de Chenonceau a opéré un lifting de son logo pour l’inscrire dans une écriture plus contemporaine. 2 pavés se répondent avec élégance : l’un accueille le nom dans un jeu de césures typographiques rythmé et puissant qui évoque la galerie d’étages, l’autre abrite la silhouette en négatif du château, altière et reconnaissable entre toutes. L’ensemble contribue à transmettre l’image d’un ‘’patrimoine revisité’’, ambassadrice d’un esprit culturel français innovant et à la renommée mondiale.



© Crédits photos : Château de Chenonceau & Agence Apyrène Communication



Château de la Roche

Le Château de La Roche est situé sur une boucle de la Loire dans la commune de Saint-Priest-la-Roche, au sud de Roanne. Ancré sur son piton rocheux depuis le 13ème siècle, son destin a toujours été lié à la Loire, servant de poste de guet au Moyen-Âge, puis de point de péage féodal. Selon l’humeur du fleuve, il devient tantôt rocher défensif, tantôt îlot romantique. Dans son décor à l’atmosphère hitchcockienne, cette forteresse mystérieuse fait voyager ses visiteurs dans le temps au travers de visites théâtralisées et de jeux d’escape game.


L’identité graphique vintage choisie par le château de la Roche illustre parfaitement son offre de visite distinctive. Elle nous plonge dans un univers fantastique à la Jules Vernes ou à la Georges Wells telle une machine à remonter le temps. Couleurs passéistes, traitement illustratif inspiré de la lithographie, typographie rétro, enluminures… tout concourt à instiller l’ambiance mystérieuse d’un voyage extraordinaire.


© Crédits photos : Château de la Roche & Francis Banguet (graphiste-illustrateur)



Château musée de Gien


Édifié fin du 15ème siècle par Anne de Beaujeu, fille de Louis XI et régente de France, le château abandonne son aspect défensif du Moyen-Âge au profit du confort résidentiel à la Renaissance. Il est acheté au 19ème siècle par le département du Loiret pour y installer la sous-préfecture, le tribunal et la prison. Depuis 1952, le château sert d'écrin au Musée de la chasse et offre une collection remarquable qui retrace l’histoire de la chasse et de ses techniques.


Le château musée de Gien s’est doté d’un nouveau logo afin de moderniser son image pour attirer de nouveaux visiteurs et une cible plus jeune. Emblème historique du lieu, le cerf est réinventé en associant avec audace les lettres M (musée) et G (Gien) pour aboutir à une véritable signature graphique. Le bloc typographique se lit à la verticale et vient soutenir la modernité de l’emblème avec une belle cohérence. Un logo aux multiples variantes qui s’adapte aux besoins des supports et s’exprime en couleurs pop. Une petite révolution !


© Crédits photos : Château musée de Gien & Agence La Fabrique de Com



Château de Chambord

Chambord est une œuvre d’art exceptionnelle. Il est sans doute ce qu’est la Joconde à la peinture. Classé au patrimoine de l’Unesco, il est entouré d’un parc forestier de 5440 hectares, le plus grand parc clos d’Europe. Ce monument de beauté et d’intelligence, pensé par François Ier et Léonard de Vinci mais dont l’architecte reste inconnu, est l’expression même de la Renaissance. Il s’inscrit comme le plus mystérieux des palais royaux, jouant de la fausse symétrie et de multiples bizarreries architecturales, présentant 426 pièces, 156 mètres de façade, 282 cheminées, 77 escaliers, et plus de 800 chapiteaux sculptés. Un colosse de pierre surnommé ‘’le château de la démesure’’ où François 1er ne séjournera que 73 jours…


À l’opposé du faste des lieux, un logo d’une sobriété remarquable. Pur, dépouillé, stylisé, le design est porté par un vert impérial qui évoque le domaine forestier et s’appuie sur deux symboles de Chambord placés tête-bêche : la salamandre royale, emblème de François 1er, et le cerf, prince incontournable de son domaine de chasse. Une signalétique que François 1er aurait approuvée !



© Crédits photos : Château de Chambord & Agence LMpolymago



Château de Garrevaques


Il était une fois un château rose, typique d’un conte de fée, témoignant du fabuleux patrimoine en Occitanie. Un ancien château-fort du 15ème siècle qui fut en partie détruit à la Révolution puis reconstruit au 19ème siècle. Ce magnifique corps de logis s'élevant sur deux étages, flanqué de deux tours polygonales aux extrémités de sa façade principale et d'une autre sur son arrière, vous propose de vivre la vie de château. Une expérience immersive en costumes d’époque dans l’art de vivre romanesque du 19ème siècle : repas gastronomiques, bals mondains, reconstitutions, escape games… Garrevaques est un couloir de temps vers l’époque Napoléonienne.


Pour permettre aux visiteurs français et étrangers d’identifier clairement son offre, le château de Garrevaques a fait le choix d’une identité graphique romanesque au travers d’un traité illustratif ultra-réaliste, quasi photographique. Comme une transposition du passé au temps présent, un subtil mariage des quotidiens d’antan et d’aujourd’hui. Les tons pastel et les enluminures végétales font référence au charme du domaine et de ses jardins pour une invitation dans son art de vivre à la française.



© Crédits photos : Château de Garrevaques & Studio IDvisuelle

Derniers articles
Articles récents